Comment agir face à la hausse du salaire minimum auprès des employés qui gagnent (un peu) plus

Comment agir face à la hausse du salaire minimum auprès des employés qui gagnent (un peu) plus

 

Par Liette Flanagan, présidente-directrice générale de l’AGAP, en collaboration avec PSC Consultants 

Le 1er mai 2018, au Québec, le salaire minimum passera de 11,25 $ à 12 $ l’heure pour les travailleurs non spécialisés et de 9,45 $ à 9,80 $ l’heure pour les travailleurs à pourboire. À quoi sont dues ces augmentations? Et, surtout, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, faut-il bonifier le salaire de vos employés qui gagnent déjà plus de 12 $. Le point sur une question cruciale pour les PME .
 

Quand l’emploi roule au maximum, le salaire minimum augmente

Saviez-vous que le chômage au pays a connu ses plus faibles taux depuis plusieurs décennies? En mars, il s’établissait à 5,8 % et serait bien plus faible si l’on ne tenait pas compte des provinces où ça va mal, comme dans les Maritimes, aux prises avec un taux de chômage pouvant dépasser 10 % et même 14 %. Et au Québec?

Toujours en mars, ce taux était de 5,6 % chez nous, et il a déjà été inférieur à 5 %, soit 4,9 %, en décembre 2017. Pour l’Organisation internationale du travail, de telles statistiques reflètent une situation de plein emploi. 

Conséquence : on s’arrache les employés!

Hé oui, le plein emploi dans une économie qui roule bien et qui voit sa population vieillir crée une pénurie de main-d’œuvre. À ce sujet, Emploi Québec ne cesse de revoir à la hausse le nombre d’emplois à combler, qui atteindrait le chiffre astronomique de 1,4 million en 2024! 

De toute façon, pas besoin d’Emploi Québec pour saisir la vive inquiétude de nos dirigeants de PME. Comme présidente de l’AGAP, j’en rencontre plein, et ils me disent à quel point ils peinent non seulement à trouver de nouveaux employés, mais aussi à retenir leur personnel actuel. 

Ainsi, les entreprises non syndiquées seraient particulièrement actives à combler allègrement leurs besoins en main-d’œuvre par des offres aux employés d’organisations concurrentes. Votre entreprise fait-elle partie de ces chasseurs… ou de leurs victimes?

On m’a raconté aussi que des caissières gagnant à peine plus que le salaire minimum avaient changé d’employeur pour gagner deux dollars l’heure de plus. C’est un supplément de 80 $ par semaine de 40 heures, donc très intéressant pour ces caissières à revenu modeste. Et un peintre dans un atelier, au salaire de base un peu plus élevé, peut se faire offrir 5 $ l’heure ou plus pour aller travailler ailleurs.

Ajustez les salaires des employés gagnant plus que le salaire minimum

Salaire actuel Augmentation au 1er mai % augmentation
Moins de 15 $ l’heure Tous : + 75 ¢ 6,7 %
De 15 $ à 19,99 $ l’heure Tous + 37 ¢ 3,3 %
20 $ et plus Selon l’évaluation de rendement, si aucune augmentation n’a été accordée en 2017 De 3 à 4 %, incluant la hausse du coût de la vie (1,9 % en 2017)

 

Comment garder vos gens dans ce contexte et alors que le salaire minimum va augmenter? Il risque d’y avoir de la grogne, et notamment de la part du personnel qui a travaillé fort plusieurs années avant d’en arriver à 13 $, 14 $ l’heure ou un peu plus. Ces employés pourraient se plaindre de l’écart qui va se rétrécir entre leur rémunération et le nouveau salaire minimum. De quelle façon devez-vous réagir?

L’AGAP a étudié la question et vous propose les mesures suivantes. D’abord, la pire chose serait de ne rien faire, car vous perdrez ainsi certains de vos travailleurs et devrez investir pour les remplacer. Selon Stéphane Simard, CRHA, il en coûte de 15 000 $ à 60 000 $ pour remplacer un employé, quand on tient compte de toutes les dépenses que cette démarche entraîne.

Ensuite, si votre entreprise va bien et pouvez offrir à tous vos employés une augmentation égale à celle du salaire minimum, 0,75 $, faites-le. Aucune plainte ne sera alors possible. Au contraire, on vous complimentera pour votre générosité! Or, peut-être que pour compenser une telle hausse de la masse salariale, vous devrez couper ailleurs ou augmenter certains prix de vente.

Enfin, une autre solution est d’accorder une augmentation plus forte aux travailleurs dont le taux horaire est plus proche du nouveau salaire minimum de 12 $ l’heure, comme l’indique le tableau ci-dessus.

Besoin d’autres conseils? N’hésitez pas à communiquer avec la présidente de votre AGAP, Liette Flanagan.  

Nous Joindre

© TOUS DROITS RÉSERVÉS 2018 - Association des gens d'affaires et professionels