PME et réseaux sociaux : 7 règles gagnantes

PME et réseaux sociaux : 7 règles gagnantes

Par Pascal Pelletier. concepteur-rédacteur à la pige

L’été nous amène davantage de temps libre pour échanger sur les réseaux sociaux. Mais comment communiquer sur ces plateformes pour le plus grand profit de votre entreprise? Certainement pas avec les mots de la publicité traditionnelle. Privilégiez plutôt une approche personnelle, proche du langage parlé et qui suscite l’intérêt et l’interaction.

1. Écrivez vos messages au nom d’une personne…

… Avant d’ajouter celui de votre entreprise (ex. : Paul Tremblay, de Mosaïk inc.). Les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Youtube, MySpace, Instagram, LinkedIn, etc., ont été conçus d’abord pour des personnes, non pour des entreprises. Et ces internautes veulent communiquer dans une relation d’égal à égal, donc de personne à personne, rappelle le directeur du Creative Shop français d’Instagram, Cédric Atlan.

2. Conversez au lieu d’écrire

Un réseau social, c’est un peu comme une soirée cocktail : on y trouve plein de gens, on passe vite d’un interlocuteur à l’autre et l’on converse à bâtons rompus. Ce type de communication n’a donc rien à voir avec des messages « trop écrits », surtout si ceux-ci visent à positionner une organisation. De tels textes paraîtront plus commerciaux que sociaux. Résultat : ils ne seront pas lus. 

Par conséquent, privilégiez un style oral, naturel, en vous adressant à un vous (ou, quand c’est possible, à un tu), tout en restant clair et en évitant les fautes d’orthographe.

3. Parlez de votre marque, oui, mais subtilement

En fait, comme de nombreuses études l’ont montré, les messages en mode « publicité traditionnelle » déplaisent sur les réseaux sociaux. Comment alors y promouvoir votre marque, vos produits ou services? 

Faites-le par rapport à la conversation, par exemple après avoir répondu à une question ou à un commentaire d’un membre (ex. : Vous avez raison de vous inquiéter de la pénurie de main-d’œuvre. À ce sujet, chez nous, à Mosaïc inc., nous avons décidé de… etc.). 

Vous pouvez aussi « rebondir sur l’actualité, ou même aborder des sujets légers – en incorporant toujours un lien avec votre marque », comme le recommande l’agence Espresso Communication. Il s’agit donc, dans la plupart des cas, de parler de l’entreprise alors qu’on a préalablement traité d’autre chose.

4. Sélectionnez vos réseaux et vos interlocuteurs

Guy Kawasaki, ex-« évangéliste » chez Apple, l'a bien dit : 

« Une erreur courante, que j’ai faite au début de mon utilisation de Twitter, consiste, pour paraître poli, à suivre tous ceux qui vous suivent. C’est ingérable! Ne suivez que ceux qui vous intéressent vraiment. » 

En un mot, choisissez vos interlocuteurs comme vous le feriez… dans une soirée cocktail : misez sur des gens qui captent vraiment votre attention, vous apprennent des choses intéressantes et peuvent servir vos intérêts. 

Même conseil pour le choix de vos réseaux sociaux : si votre entreprise est présente sur plusieurs, vous aurez intérêt à vous concentrer sur celui ou ceux qui vous donnent le plus de résultats.

5. Ne cessez pas de remercier et de questionner

Il n’y a rien de mieux pour votre image de marque que de témoigner aux gens qui vous suivent de la reconnaissance (pour leurs commentaires, suggestions, questions, bonnes idées, etc.). Qui n’aime pas être remercié et flatté ?

De plus, pour maintenir ou relancer une conversation virtuelle tout en montrant de l’intérêt à vos interlocuteurs, interrogez-les. « L’ajout de questions est à privilégier sur Facebook. Encouragez la participation des gens, demandez leur avis, interpellez-les pour laisser une trace dans leur esprit » , nous dit encore Espresso Communication.

6. Faites des paragraphes courts

Cela rend la lecture plus facile et rapide. Essayez de ne pas dépasser 4 lignes par paragraphes. Privilégiez aussi les listes à puces.

7. Racontez de bonnes histoires

En marketing, le fait de raconter des histoires est une technique profitable éprouvée. C'est une mise en récit, mieux connue sous le nom anglais de storytelling. Mais de quelles histoires parlons-nous?

Par opposition à l'info factuelle qui peut intéresser vos clients (description de votre offre et de ses avantages, modalités du service à la clientèle, ... ) , on parle d'expériences vécues ou encore de l'histoire d'un produit ou d'une entreprise. Mais attention : le ton ne doit pas être grave ni "corporatif" ; il faut de l'humain et créer de l'émotion.

© TOUS DROITS RÉSERVÉS 2018 - Association des gens d'affaires et professionels